Louvain-la-Neuve : Un peu de bon sens

Une carte blanche d’habitant·e·s de Louvain-la-Neuve, parue dans La Libre Belgique le 9 juin 2017.

photo_illustrLLB9juin
Illustration d’Olivier Poppe pour La Libre (avec l’autorisation de l’auteur)

Ce qui nous choque le plus dans le projet d’extension de l’Esplanade, c’est l’impact environnemental d’une construction aussi monumentale alors que sa fonction sociale et commerciale n’est pas avérée.

Il est difficile pour des habitants de Louvain-la-Neuve, attachés au concept et à l’esthétique de cette ville nouvelle, de rester impassibles face au déferlement récent d’annonces publiées dans la presse écrite par le promoteur de l’extension du centre commercial L’Esplanade. Ce dernier a déjà dépensé plus de 200 000 euros pour faire la promotion d’un vote en faveur de l’extension lors de la consultation populaire qui aura lieu le 11 juin prochain.

Les arguments de ce promoteur sont excessifs et empreints d’une même logique : faire l’apologie de la consommation et présenter l’extension de cet hyper centre commercial comme étant le lieu qui embellirait la ville et la rendrait plus conviviale. Pourtant, de nombreuses voix appellent à la modération et mettent en garde contre le consumérisme.

Quel besoin réel ?

Souvenons-nous de l’accueil enthousiaste et unanime réservé à l’encyclique « Laudato si » du pape François avant le sommet pour le climat de Paris. Le pape exhortait à « nous libérer de l’esclavage du consumérisme » et à « construire de nouveaux modèles économiques ». Ici, à Louvain-la-Neuve, certains projettent malgré tout d’amplifier la course à la consommation. Nous nous attacherons ici à questionner la pertinence de ce projet sur trois points.

La décision d’agrandir un tel mastodonte répond-elle à un réel besoin de la population néolouvaniste ? Poser la question, c’est y répondre. Il est évident, aujourd’hui, que la surface commerciale déjà proposée par l’Esplanade (30 000 m2 et 90 magasins) au cœur même de la cité universitaire est amplement suffisante. L’étendre de 20 000 m2 supplémentaires est tout à fait inutile et ne répond pas à une demande locale. De plus, plusieurs études démontrent que l’installation de grands centres commerciaux nuit aux petits commerces : pour un emploi créé dans le shopping, 1,4 emploi est perdu dans la région.

Une excroissance adultérine

Rappelons ensuite l’intuition des pères fondateurs qui ont voulu une ville à taille humaine bâtie pour favoriser la convivialité, les rencontres à travers les petites ruelles et les nombreuses places et placettes, à l’image des petites cités moyenâgeuses. Une ville où les différentes fonctions d’enseignement, sociales, culturelles, résidentielles et commerciales, soient équitablement réparties. Force est de constater que ce shopping est et serait, à l’issue de son extension, disproportionné par rapport au centre-ville et à son architecture. Pour s’en convaincre, examinons attentivement une vue aérienne de Louvain-la-Neuve.

Ce bâtiment commercial est tout sauf intégré dans le tissu urbain. Il apparaît comme une excroissance adultérine, fruit d’une alliance exclusive entre la promotion immobilière et le désir des acteurs publics de notre ville de financer à tout prix son expansion.

Par ailleurs, il nous semble que la notion d’embellissement mise en avant par le promoteur prend une signification particulière. Le beau n’est plus ce qui est singulier, en phase avec la culture du lieu, mais il devient au contraire l’expression d’une pensée unique et d’une conception standardisée et fonctionnaliste. On retrouve ces mêmes shoppings à Singapour, Dallas ou Moscou. Est-ce vraiment ce que nous voulons pour notre petite cité ?

Et l’environnement ?

Enfin, ce qui nous choque le plus, c’est l’impact environnemental d’une construction aussi monumentale alors que sa fonction sociale et commerciale, nous l’avons dit, n’est absolument pas avérée. Associer l’extension de l’Esplanade à la notion de respect de l’environnement, comme c’est le cas dans les publicités du promoteur, c’est tout simplement créer une illusion sur ce que sera en fin de compte le coût énergétique démesuré de cette construction.

Mais alors, ce projet répondrait-il à d’autres objectifs bien éloignés des préoccupations de la population de Louvain-la-Neuve et des villes et villages environnants ? Il n’est pas incongru de penser que derrière la façade des arguments d’utilité publique avancés par le promoteur se cache un énième projet qui n’a d’autre ambition que la poursuite d’une opération immobilière et financière.

Nous regrettons d’ailleurs que la commune soit tellement absente de ce débat. Il est heureux que la décision d’agrandir l’Esplanade soit soumise à l’approbation des habitants d’Ottignies-Louvain-la-Neuve.

Le vote ne pourra pas être ignoré

C’est parce que nous y vivons depuis de nombreuses années que nous en appelons au bon sens et au discernement pour juger de la pertinence de ce projet. Les autorités communales ne pourront pas ignorer le vote du 11 juin, qu’il soit en faveur ou en défaveur de ce projet. Elles honoreront ainsi, en en tirant toutes les conséquences, ce dispositif de démocratie participative qu’est la consultation populaire.

 

Liste des signataires: José de Backer, Christine Bertrand, Myriam Dufourny, Ahmed Gourari, Isabelle Kervyn, Eric Le Boulangé, Alice Legrain, Paule Nguyen, Eliane Pirard, Christina Rauls, Bernard Van den Driessche, Pascal Warnier.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :